© 2019 by CoralMatters.com

Une action individuelle de la part de chacun d’entre nous, et pas seulement de ceux qui résident près des récifs, est nécessaire et possible

 

Partout dans le monde, de nombreuses personnes se penchent déjà sur différents moyens de protéger les récifs de corail.  Coral Guardian, par exemple, une organisation à but non-lucratif française, s’attache à coordonner et à soutenir la conservation des coraux.  Elle œuvre aux côtés des communautés locales des zones récifales, dont les pêcheurs, pour aider à planter des coraux cultivés.  Elle fait appel au soutien de personnes concernées partout dans le monde afin de financer la rémunération des salariés qui interviennent sur les récifs.  People for Ocean (ou P4O), un organisme australien, contribue à la préservation des récifs coralliens sur deux terrains.  D’une part, en faisant pousser des coraux.  D’autre part, en développant et en commercialisant une gamme d’écrans solaires non-toxiques, fabriqués sans ingrédients nocifs aux coraux.

 

Où que nous vivions, nous pouvons nous rallier à des groupes qui travaillent pour une meilleure efficacité énergétique ou pour une énergie propre capable de lutter contre les effets néfastes du surplus de dioxyde de carbone dans l’air.  Il est également possible de rejoindre des organisations en faveur de la réduction de l’usage des plastiques qui finissent à la dérive dans les océans.  Pour vous lancer, ou faire un pas de plus, vous pouvez vous adresser à un de ces groupes dans votre ville ou votre région. Présentez-vous et faites part de votre intérêt.

 

  • Nous pouvons tous agir pour faire des économies d’énergie, et encourager les autres à en faire de même. 

    • Si vous ne vivez pas à proximité d’un récif, pourquoi ne pas vous rapprocher d’une association qui milite pour l’efficacité énergétique, comme ClimateXChange ou Women Working for Oceans (W2O) aux États-Unis, ou encore soutenir de nouveaux systèmes énergétiques dans votre ville ou votre région ?  

    • Quel que soit notre lieu de travail, nous pouvons encourager nos gestionnaires d’immeubles à installer les systèmes d’éclairage, de chauffage et de refroidissement les plus efficaces du point de vue énergétique. 

    • Nous pouvons appeler nos élus à mettre en place des politiques exigeant une meilleure efficacité énergétique des nouveaux bâtiments ou appareils.  Il est aussi possible de demander des agents immobiliers qu’ils partagent les informations relatives à la consommation d’énergie des bâtiments qu’ils louent ou vendent, pour que les acheteurs puissent sélectionner l’option la moins énergivore.

    • Nous pouvons remplacer les anciens systèmes énergétiques dépendants du charbon, du pétrole et du gaz par d’autres dispositifs fonctionnant à l’énergie solaire, éolienne ou marémotrice. 

    • Si vous vivez à proximité d’une zone corallienne, vous pouvez contribuer à protéger les récifs de la pollution qui s’écoule des terres en travaillant avec vos voisins.  Encouragez par exemple un usage respectueux des récifs, qui consiste à éviter de marcher sur les coraux, et à éloigner les ancres et les filets de pêche.  Travaillez avec des groupes pour la conservation des récifs en préservant les zones protégées où la pêche et les déversements sont interdits, et d’où aucun animal ne peut être retiré du récif.

Megan Donahue, chercheuse à HIMB. « Nos données indiquent que les efforts de gestion locaux, la réduction des écoulements et des infiltrations de nutriments dans les eaux souterraines et les actions mondiales comme la diminution des émissions de dioxyde de carbone sont nécessaires pour prévenir le déclin rapide des récifs. »

  • De nombreux individus et organismes du monde entier travaillent déjà sans relâche à la protection des récifs de corail.

    • Le gouvernement de Belize a pris des mesures pour préserver ses récifs des activités humaines néfastes.  Il a interdit toute exploitation pétrolière dans l’ensemble du territoire maritime de Belize et mis en place des mesures en faveur de la protection des forêts de mangrove qui bordent les côtes.  Les autorités locales, les états et les gouvernements nationaux peuvent eux aussi agir dans cette direction et les citoyens les encourager à fournir cette protection.

    • Women Working for Oceans (W2O), une organisation basée dans le Massachusetts aux États-Unis, aide les populations locales à s’engager pour sauvegarder les zones marines protégées, à comprendre comment défendre les espèces menacées comme les baleines et à empêcher les plastiques de polluer les océans.

    • De nombreuses organisations font des demandes de bourses chaque année pour maintenir la santé des récifs coralliens grâce à la recherche et à la conservation.  L’Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique accorde de telles subventions.

    • Force Blue forme des anciens combattants d’élite qui ont participé à des missions en plongée sous-marine à restaurer les récifs coralliens (ou http://www.noaa.gov/stories/operation-coral-rescue-is-under-way).

  • En 2018, un certain nombre de territoires dans le monde comme Hawaï ont décidé d’interdire les écrans solaires qui peuvent nuire aux récifs de corail. La France pourrait bien leur emboiter le pas et bannir bientôt à son tour certaines crèmes solaires.

Interview

 

Partenaires    |